Partager:

Le français, ça s’apprend, mais l’anglais, ça s’attrape

Femme et enfant au maquillage coloré au Festival franco-ontarien (Photo : Sylvain Marier, Festival franco-ontarien)

"Comme la culture sans la langue est un non-sens, c’est de même pour une langue sans une culture."

Joanne Gervais

Par

Joanne Gervais

Le patrimoine immatériel

Published Date: 08 sept. 2017

Photo : Femme et enfant au maquillage coloré au Festival franco-ontarien (Photo : Sylvain Marier, Festival franco-ontarien)

La langue et la culture sont fortement liées. Notre culture, c’est nos traditions, nos coutumes, notre art et notre patrimoine et sans la langue, elle perd son sens. Au Canada, le français est l’une des deux langues officielles, donc la langue dans ce contexte est séparée de sa culture, ou même, on pourrait dire, de ses cultures. Depuis une quarantaine d’années, le français est devenu une langue d’usage pour certains, une langue d’apprentissage pour plusieurs et une langue de travail pour d’autres, mais elle est reliée à plusieurs cultures, dont la culture canadienne-française, belge, congolaise, vietnamienne, et j’en passe. Afin d’assurer la transmission de notre culture aux générations futures, l’apprentissage doit se faire à la maison et en communauté, en français. À l’école, on doit se consacrer à l’apprentissage et à l’amélioration de la langue pour ces jeunes qui proviennent de partout et qui vivent des cultures différentes.

Chez moi, nous parlions le français uniquement. Lorsque j’ai commencé l’école, je ne parlais que le français. Mes parents m’ont transmis leurs valeurs, leur langue et la culture canadienne-française. Nous étions fiers d’être francoontariens et nous le sommes toujours. Je choisis de vivre en français, du mieux que je peux, mais c’est un engagement personnel qui demande un certain effort.

La constitution canadienne et plusieurs lois protègent le statut du français au Canada et malgré ces garanties, le français est toujours en danger. L’assimilation a toujours été un enjeu sérieux. Je crois que le taux d’assimilation continue de croître parce qu’on se concentre sur l’apprentissage de la langue et on laisse trop souvent tomber la culture. Comme la culture sans la langue est un non-sens, c’est de même pour une langue sans une culture. Afin de contrer cette assimilation, les parents francophones doivent davantage transmettre à leurs enfants la langue et la culture, à la maison et en communauté. Aussi, il faut augmenter la présence du français sur la place publique, que ce soit avec plus d’affiches bilingues ou que plus de francophones et de francophiles se parlent en français entre eux; le français doit être davantage vu et entendu. En plus, il faut s’assurer l’accroissement d’immigrants francophones parmi les immigrants accueillis au pays.

Comme on dit : Le français, ça s’apprend, mais l’anglais, ça s’attrape. (French is taught, English is caught.)