Partager:

Le patrimoine linguistique de l'Ontario

Nuage de mots de différentes langues

"La langue est notre premier « héritage », le plus important. Elle est notre patrimoine commun en tant qu’êtres humains, ce qui nous distingue des autres créatures vivantes."

Par

Elaine Gold

Le patrimoine immatériel

Published Date: 08 sept. 2017

La langue s’inscrit dans un patrimoine immatériel en ce que ce n’est pas un objet solide que l’on peut tenir dans sa main comme une tasse de porcelaine, ou soupeser et mesurer comme une machine agricole. Le microscope serait inutile pour essayer d’en découvrir la structure sous-jacente. Et, pourtant, la langue fait appel à tous nos sens. Nous produisons des sons en expulsant de l’air par la bouche et le nez; nos lèvres se serrent, notre langue touche nos dents, ou, sinon, nous utilisons les mains, les bras et le visage pour communiquer en langage des signes. Nous entendons les sonorités de la langue et voyons les gestes signifiants. Pour la plupart, les langues ont un système de rédaction – la vue nous sert à lire les caractères imprimés, à toucher afin de lire en braille; nous percevons le poids d’un livre ou d’un appareil électronique dans nos mains. Nous utilisons tous nos sens pour interagir avec la langue, car elle nous entoure pendant nos heures de veille, tout au long de nos vies.

J’affirmerais que la langue est notre premier « héritage », le plus important. La langue est notre patrimoine commun en tant qu’êtres humains, ce qui nous distingue des autres créatures vivantes et que nous acquérons dès la petite enfance. Les parents se réjouissent des premiers mots de leur enfant. Nous appelons « langue maternelle » la première langue que nous apprenons. Nous apprenons la langue de nos parents et de ceux qui prennent soin de nous, et chaque langue que nous apprenons s’est transmise d’une génération à l’autre. Les langues que nous parlons sont les éléments de base qui forgent notre identité personnelle et établissent notre appartenance à une collectivité. La société ontarienne s’est constamment façonnée et enrichie par la diversité et l’évolution de ses collectivités linguistiques.

En Ontario, la langue de la majorité est l’anglais, mais la langue maternelle de près d’un Ontarien sur trois n’est pas l’anglais! Des millions d’Ontariens reconnaissent que leur patrimoine culturel est indissociable d’une langue autre que l’anglais. Ils consentent de grands efforts pour que leurs enfants apprennent et apprécient leur langue d’origine, et ainsi transmettre leur culture aux générations futures.

Les différences entre les langues sont souvent comparées à la diversité biologique. Lorsqu’une espèce est menacée, nous déployons de vastes efforts pour la protéger et favoriser son rétablissement – nous sommes conscients que la perte de la moindre espèce est une perte pour tous. Il doit en être de même pour la diversité linguistique, et plus encore : elle doit être respectée et maintenue, car elle fait partie intégrante du vaste éventail de la conscience et de la créativité humaines, et des diverses façons dont les cultures se sont développées pour s’exprimer et dire leur relation au monde. Il est particulièrement important de reconnaître la nécessité de maintenir la diversité des langues autochtones de l’Ontario et du Canada. Nombre de ces langues sont gravement menacées, souvent en raison de la négligence et de l’oppression de la société canadienne dans son ensemble. Il est temps d’agir pour maintenir ce patrimoine unique qui enrichit tous ceux et celles qui vivent en Ontario et au Canada.

Comment pouvons-nous veiller à ce que soit reconnu, apprécié et valorisé le patrimoine linguistique de l’Ontario? Le Musée canadien des langues oeuvre dans ce sens. L’essor de musées linguistiques et d’autres musées consacrés au patrimoine immatériel est un phénomène relativement récent. Au Musée canadien des langues, nous créons chaque année une nouvelle exposition sur au moins une langue du Canada. Toutes nos expositions sont bilingues (français et anglais) et nous travaillons en étroite collaboration avec les collectivités concernées pour créer des expositions enrichissantes et accessibles. Nos expositions ont parcouru le pays en entier et ont été vues dans les universités, les écoles secondaires, les musées, les hôpitaux, les centres communautaires et les entreprises. Certaines ont aussi été présentées dans des congrès et festivals. Notre musée dispose d’un espace d’exposition au Collège Glendon de Toronto, où se déroulent en alternance des expositions et des événements spéciaux.

Nous avons actuellement six expositions itinérantes. Deux d’entre elles portent sur les langues officielles du Canada – Le français au Canada et Canadian English, Eh?; deux sur les langues autochtones – Le cri : La langue du peuple et Parler à la façon des Inuits; une autre sur la diversité des langues du Canada – Une tapisserie de voix : célébrons les langues du Canada; enfin, une qui retrace l’histoire des langues à Toronto – Les langues de Toronto s’affichent : 150 ans d’histoire. Nous comptons offrir prochainement des expositions sur l’anglais à Terre-Neuve, l’italien au Canada et les variantes de l’haudenosaunee de l’Ontario.

Il existe très peu de musées des langues dans le monde, mais d’autres sont en voie d’être créés, à mesure que l’on prend conscience de l’importance du patrimoine linguistique. Le Musée canadien des langues est unique en ce qu’il vise à représenter toutes les langues parlées dans un pays, plutôt que de centrer l’attention sur une seule langue nationale. Nous sommes résolus à mieux faire connaître la diversité de notre patrimoine linguistique et les diverses facettes par lesquelles les langues ont façonné notre société et continuent de le faire.