Partager:

Des arbres remarquables – Préservation des arbres patrimoniaux en Ontario

Ce hêtre majestueux est situé dans la propriété Ashbridge de Toronto, une propriété qui appartient à la Fiducie du patrimoine ontarien qui l’administre

Le patrimoine naturel

Published Date: mai 25, 2006

Photo : Ce hêtre majestueux est situé dans la propriété Ashbridge de Toronto, une propriété qui appartient à la Fiducie du patrimoine ontarien qui l’administre

Qu’est-ce qui pèse plus qu’aucun animal terrestre et qui est plus vieux que nombre d’anciens monuments? Les plus vieux organismes vivants sont – ce qui n’est pas surprenant – les arbres. Un chêne ou un hêtre massif peut peser 30 tonnes, recouvrir 2 000 pieds carrés et inclure 10 milles de petites et longues branches. Chaque année, un gros arbre projette plusieurs tonnes d’eau à une distance de 100 pieds dans l’atmosphère, produit une nouvelle récolte de 1 000 feuilles et recouvre son tronc et ses branches d’une nouvelle couche d’écorce d’une superficie d’un demi acre (voir le livre de Thomas Packenham, Meetings with Remarkable Trees).

Il existe de nombreux exemples de beaux arbres patrimoniaux en Ontario. La Fiducie du patrimoine ontarien, par exemple, protège plusieurs de ces monuments vivants situés sur des propriétés qui lui appartiennent ou qu’elle protège. Un hêtre spectaculaire (photo) et un chêne géant à Ruthven, propriété située à Cayuga, sont tous un des maillons qui nous rattache à notre passé et à nos origines en Ontario. Voici la définition d’un arbre patrimonial :

Un arbre patrimonial est un spécimen important en raison de sa taille, de sa forme, de sa beauté, de son âge, de sa couleur, de sa rareté, de sa constitution génétique ou de toute autre caractéristique distinctive. Il s’agit d’une relique vivante qui témoigne de la modification culturelle par les peuples autochtones et non autochtones, y compris des morceaux d’écorce ou de bois sans nœud, le forage d’essai pour connaître l’état, des sillons pour recueillir la sève, ou des flaches pour marquer un sentier. Il s’agit aussi d’un repère communautaire important; d’un spécimen associé à un personnage historique, à un lieu, à un événement ou à une période; d’un représentant d’une plante cultivée par nos ancêtres et leurs successeurs et qui risque de ne plus l’être; d’un arbre lié aux mythes, légendes, traditions ou folklore locaux; au d’un spécimen identifié par des membres de la communauté comme méritant d’être reconnu comme revêtant une importance patrimoniale (avec la permission de Paul Aird, professeur émérite, Faculté de foresterie, Université de Toronto).

L’Ontario Heritage Tree Alliance a lancé en 2005 une initiative pour aider les collectivités à identifier et préserver les arbres du patrimoine. Ce partenariat inclut la Fiducie du patrimoine ontarien, l’Ontario Urban Forest Council, le ministère des Richesses naturelles, l’Association forestière de l’Ontario, le Patrimoine Communautaire de l’Ontario, LEAF, le Elora Centre for Environmental Excellence et deux groupes de contribuables. Ces partenaires ont conçu une trousse à outils permettant d’identifier, d’évaluer et de préserver des arbres patrimoniaux de l’Ontario.

La trousse à outils aidera les collectivités dans leur « quête aux grands arbres » qui permettra d’identifier les arbres de leur collectivité qui méritent d’être désignés arbres patrimoniaux et d’être protégés. Financée grâce à une subvention du ministère de la Culture, la trousse à outils a fait l’objet d’essais à Elora et dans le comté de Simcoe Sud où des recherches communautaires ont permis de désigner un petit groupe d’arbres magnifiques et de dévoiler des plaques rendant hommage aux arbres patrimoniaux. Le lancement de la trousse à outils à l’échelle de la province est prévu pour 2006.

Les arbres patrimoniaux remarquables de l’Ontario continueront à faire le bonheur des générations futures grâce aux efforts de collaboration permettant d’assurer leur préservation.