Partager:

Assumer le passé

Fort York, Toronto. © Tourisme Ontario 2008

Par

Sean Fraser

Les bâtiments et l'architecture

Published Date: 14 févr. 2008

Photo : Fort York, Toronto. © Tourisme Ontario 2008

Les bâtiments, structures et paysages qui composent notre patrimoine culturel sont le résultat de l’influence réciproque et complexe entre les individus et les lieux au fil du temps. En revanche, ce sont les collectivités et les opportunités qui déterminent ce qui doit être conservé et comment y parvenir.

Ceci est particulièrement vrai en Ontario. Cette province possède une histoire, une économie, un paysage physique et des types de peuplement aussi divers que vastes. Étant donné la mosaïque étendue, colorée et généralement décentralisée qui compose le paysage culturel de la province, il n’est pas surprenant que les mécanismes juridiques et de planification mis au point pour protéger le patrimoine architectural de la province aient adopté une structure communautaire au début des années 1970.

La Loi sur le patrimoine de l’Ontario, qui est entrée en vigueur en 1975 et qui a fait l’objet d’importantes modifications en 2005, a facilité l’adoption de mesures au niveau local. Plutôt que d’instaurer un système descendant consistant à appliquer les décisions de hauts fonctionnaires du gouvernement ou à imposer le jugement d’universitaires et d’experts, les rédacteurs de la Loi sont partis du principe démocratique selon lequel les citoyens, grâce à un processus transparent et public, sont les mieux placés pour identifier les ressources culturelles importantes dans leurs propres collectivités.

Cette idée simple d’implication communautaire repose sur trois facteurs à propos desquels il est impossible de légiférer : sensibilisation, intérêt et investissement. Si ces facteurs sont nécessaires pour que la Loi sur le patrimoine de l’Ontario soit pleinement efficace, alors comment s’y prendre et à qui faire appel? Et plus important encore, que se passe-t-il dans une collectivité si personne ne manifeste d’intérêt pour le bénévolat, ou si la collectivité dans son ensemble n’a pas conscience de son patrimoine ou des outils permettant de le protéger? L’action des individus (défenseurs des intérêts, bénévoles, professionnels, donateurs, etc.), des organismes de mise en valeur du patrimoine et des résidents locaux a le pouvoir de sensibiliser une collectivité à son patrimoine et, comme le montrent les exemples qui suivent, les trois groupes sont essentiels à la conservation du patrimoine en Ontario.

Pratiquement depuis sa construction en 1793, Fort York a fait l’objet d’attaques, d’abord par les Américains durant la guerre de 1812, puis par des intérêts industriels et commerciaux et par différents paliers de gouvernement. À la fin des années 1950, des planificateurs et des politiciens de Toronto, les médias et la province ont fait part de leur intention de déplacer le lieu historique national de Fort York au bord du lac Ontario afin de faire de la place pour l’autoroute Gardiner. Des sociétés historiques provinciales et le Toronto Civic Historical Committee (rebaptisé Toronto Historical Board), soutenus par des bénévoles et des défenseurs des intérêts, ont combattu pour le maintien du fort in situ. Pendant plus d’un an, le débat a fait rage jusqu’à ce que le principe de conservation, les considérations économiques et la raison l’emportent. L’itinéraire de l’autoroute Gardiner a été redessiné pour contourner le fort et le site a été préservé. Cette opération de préservation réussie contre une opposition quasiment insurmontable reste l’un des témoignages d’action communautaire les plus inspirants de l’Ontario.

En 1972, une personne a fait don de fonds à la Fiducie du patrimoine ontarien pour l’acquisition de la maison McMartin, lieu historique national construit en 1830. Ce lieu d’intérêt majeur de Perth a été restauré et il est géré en partenariat avec la ville. Deux ans plus tard, une autre personne a décidé de faire don de la demeure historique Inge-Va (également à Perth) à la Fiducie, assurant ainsi sa conservation à long terme. D’innombrables autres personnes, qu’il s’agisse de donateurs, de défenseurs du patrimoine, de professionnels de la préservation du patrimoine ou de bénévoles, ont fait don de propriétés, de fonds, de temps et de talent au nom de la conservation en Ontario.

Au début des années 1970, le développement de la ville de Stratford connaissait une étape cruciale. Certains proposaient de remplacer l’hôtel de ville historique par un immeuble d’habitation en béton de 100 appartements et un centre commercial. Heureusement, le haut-lieu de la fin de l’époque victorienne a été sauvé par un groupe de citoyens. L’édifice a été rénové en 1974 et sert encore de nos jours pour les affaires municipales. Il est reconnu par les trois paliers de gouvernement pour son importance patrimoniale. Le leadership dont ont fait preuve les citoyens et la municipalité a servi de catalyseur pour un plan communautaire de conservation.

Dans les années qui ont suivi, les propriétaires de biens fonciers ont réutilisé les bâtiments commerciaux de l’ère victorienne au lieu de les remplacer. Le comité consultatif municipal du patrimoine a obtenu le soutien du conseil municipal pour une gamme d’activités de recherche, de désignation et de commémoration. Fort du succès et de l’expansion du Stratford Shakespeare Festival, le tourisme culturel de la ville a connu une croissance exponentielle. De nos jours, Stratford s’enorgueillit d’une remarquable infrastructure patrimoniale qui comprend des édifices primés, un district de conservation du patrimoine, des visites à pied guidées, un festival Portes ouvertes Ontario et l’un des fronts d’eau les plus pittoresques de la province.

En Ontario, la conservation du patrimoine est une activité communautaire soutenue par les efforts inlassables d’organismes de mise en valeur du patrimoine, de politiciens et de citoyens. Il est important de comprendre qu’à elle seule la Loi sur le patrimoine de l’Ontario ne protège pas ou ne conserve pas notre patrimoine; il s’agit simplement d’un outil. En réalité, notre patrimoine est préservé et protégé, conservé et célébré grâce aux actions et aux efforts déployés par des particuliers et par la collectivité, dans l’intérêt de l’ensemble de la population.

Hôtel de ville de Stratford. © Tourisme Ontario 2008

Photo: Hôtel de ville de Stratford. © Tourisme Ontario 2008

Maison McMartin, Perth

Photo: Maison McMartin, Perth